Archive for octobre, 2009

Les Français préfèrent ajourner l’acquisition d’un bien immobilier

Mercredi, octobre 14th, 2009

L’attentisme semble être le mot d’ordre de l’automne. La confiance et l’activisme font défaut parmi les 871 Français qui ont répondu à un sondage réalisé par l’Ifop pour la FNAIM (Fédération Nationale de l’Immobilier). Bien que la solvabilité des ménages ait progressé de 7.7% sur un an, le marché immobilier et les conditions de prêt se présentent comme peu attractifs pour l’échantillon des personnes interrogées.

Même si les chiffres montrent le contraire, le regard que les Français portent sur l’immobilier est des plus pessimistes. 61% des personnes interrogées sont réservées quant à l’achat d’un bien immobilier dans cette période, tandis que 90% ne vendraient pas un logement à présent. Avec cette perception négative des deux côtés, le blocage du marché n’est qu’une conséquence naturelle.

Le scepticisme des Français au sujet des transactions immobiliers est évident aussi dans l’attitude vis-à-vis des prêts. Ainsi, 54% des interviewés jugent que les taux d’intérêt actuels ne sont pas convenables pour contracter un crédit. Or, le niveau des taux est revenu à ses paramètres de 2004.

Sur le marché immobilier, les prix sur douze mois ont baissé de 7.8%, mais seulement 47% des sondés sont informés de ce repli; 20% considèrent toujours que les prix sont à la hausse.

Quelle que soit la réalité, la motivation personnelle pour l’achat d’un bien immobilier est freinée par la méfiance quant aux futures évolutions. L’aspect financier est d’autant plus cité que les gens ressentent la période de crise avec un assez grand inconfort psychique. 71% des répondants se déclarent impactés par la récession économique et 62% estiment qu’ils ne pourraient pas avoir un apport personnel suffisant (25%) pour contracter un prêt immobilier.

De plus, une grande partie des ménages sont grevés d’un ou plusieurs crédits à la consommation, ce qui rend plus difficile un contrat plus important à long terme. Ainsi, seulement 18% des ménages ont l’intention de faire une acquisition, dont 12% dans les trois prochaines années et 6% dans les douze mois à venir.

« En dépit des efforts déployés par les banques pour assouplir les conditions de crédit, il semblerait qu’un réel frein psychologique persiste sur les facilités de financement », commente la FNAIM. En effet, l’immobilisme persiste malgré les facilités de financement offertes par les banques.