Archive for the ‘crédit immobilier’ Category

Les Français préfèrent ajourner l’acquisition d’un bien immobilier

Mercredi, octobre 14th, 2009

L’attentisme semble être le mot d’ordre de l’automne. La confiance et l’activisme font défaut parmi les 871 Français qui ont répondu à un sondage réalisé par l’Ifop pour la FNAIM (Fédération Nationale de l’Immobilier). Bien que la solvabilité des ménages ait progressé de 7.7% sur un an, le marché immobilier et les conditions de prêt se présentent comme peu attractifs pour l’échantillon des personnes interrogées.

Même si les chiffres montrent le contraire, le regard que les Français portent sur l’immobilier est des plus pessimistes. 61% des personnes interrogées sont réservées quant à l’achat d’un bien immobilier dans cette période, tandis que 90% ne vendraient pas un logement à présent. Avec cette perception négative des deux côtés, le blocage du marché n’est qu’une conséquence naturelle.

Le scepticisme des Français au sujet des transactions immobiliers est évident aussi dans l’attitude vis-à-vis des prêts. Ainsi, 54% des interviewés jugent que les taux d’intérêt actuels ne sont pas convenables pour contracter un crédit. Or, le niveau des taux est revenu à ses paramètres de 2004.

Sur le marché immobilier, les prix sur douze mois ont baissé de 7.8%, mais seulement 47% des sondés sont informés de ce repli; 20% considèrent toujours que les prix sont à la hausse.

Quelle que soit la réalité, la motivation personnelle pour l’achat d’un bien immobilier est freinée par la méfiance quant aux futures évolutions. L’aspect financier est d’autant plus cité que les gens ressentent la période de crise avec un assez grand inconfort psychique. 71% des répondants se déclarent impactés par la récession économique et 62% estiment qu’ils ne pourraient pas avoir un apport personnel suffisant (25%) pour contracter un prêt immobilier.

De plus, une grande partie des ménages sont grevés d’un ou plusieurs crédits à la consommation, ce qui rend plus difficile un contrat plus important à long terme. Ainsi, seulement 18% des ménages ont l’intention de faire une acquisition, dont 12% dans les trois prochaines années et 6% dans les douze mois à venir.

« En dépit des efforts déployés par les banques pour assouplir les conditions de crédit, il semblerait qu’un réel frein psychologique persiste sur les facilités de financement », commente la FNAIM. En effet, l’immobilisme persiste malgré les facilités de financement offertes par les banques.

Les taux de prêt immobilier se stabilisent à la fin du premier semestre

Vendredi, juillet 31st, 2009

Les taux de prêt immobilier ont atteint un seuil minimal de 4% et semblent se stabiliser à cette limite. La période de bonace est advenue après neuf mois de baisse continue. Les mois d’été représentent par excellence la saison d’accalmie sur plusieurs marchés et le marché des crédits n’a pas fait exception à la règle.

Le courtier en ligne Empruntis.com a publié le 16 juillet le baromètre des taux de prêt immobilier, qui montre clairement une stabilisation au cours du dernier mois. Pour les crédits à courts termes (sur moins de 15 ans), le taux s’échelonne entre 3.80 et 4.00%, les prêts immobiliers sur 20 ans imposent un taux moyen de 4.30%. La valeur est encore plus élevée aux emprunts sur des durées plus longues (30 ans). Pour ces crédits, le taux va jusqu’à 5% ou plus.

Le repli des taux a fait quand-même froncer les sourcils parmi les économistes. L’Observatoire Prêt Logement a fait valoir que la baisse des taux qui a débuté en novembre 2008 et s’est poursuivi jusqu’à présent était la plus considérable depuis 16 ans. Un tel tassement ne s’est plus passé depuis le printemps 1993, a montré l’Observatoire. Pourtant, les taux avaient atteint à l’époque 10.74%.

« Les 4% représentent certainement un point bas, un plancher. Attention, cela ne veut pas dire pour autant qu’on ne pourra pas repasser légèrement en deçà de ce seuil », a commenté Michel Mouillart, directeur de l’Observatoire Prêt Logement. La situation de fait sur le marché indique un taux sensiblement différent pour l’achat des logements neufs ou anciens: 4.23% pour les biens immobiliers neufs et 4.11% pour ceux anciens.

Pour ce qui est de l’évolution des taux dans les mois à venir, Empruntis avances deux possibilités: soit la hausse des taux suite à la revalorisation des Obligations Assimilables au Trésor (les OAT sont l’étalon pour les taux fixes), soit la poursuite de la baisse stimulée par la forte concurrence entre les banques.

La ministre de l’Economie félicite les banques pour la relance du crédit

Samedi, février 14th, 2009

Les prêts immobiliers n’ont pas stagné au cours de l’année 2008, a constaté Comité de suivi du plan de financement des entreprises, réuni jeudi, le 12 février 2009. Le comité a été composé de représentants des entreprises, du secteur financier et bancaire et des services de l’Etat. La réunion a eu pour but une évaluation de l’activité des banques en ce qui concerne le financement des ménages et de l’économie.

Au sortir de la réunion, Christine Lagarde, la ministre de l’Economie a fait  connaître le même constat positif: l’engagement des banques en matière de relance du crédit a été prouvé par une action réelle. En effet, les encours de prêt pour 2009 ont été élevés de 3 à 4%. De cette façon, le total des crédits octroyés entre décembre 2007 et décembre 2008 a été relevé de 8.3%.

Toutefois, sur le dernier mois de l’année la progression n’a été que de 0.1% – une moyenne entre +0.4% des prêts immobiliers accordés aux particuliers et -0.8% sur les crédits aux entreprises.

Ces chiffres ont modéré l’enthousiasme, rappelant à tout le monde que la crise n’est pas encore passée. « Les encours de crédit à l’économie ont quasiment stagné entre novembre et décembre, et cela tient en particulier à une baisse de la demande », a remarqué la ministre Lagarde à l’égard de la disproportion dans la distribution du crédit. Le mérite des établissements bancaires n’est pas pourtant de moindre importance, car « on n’est pas en présence d’une restriction de l’offre de crédit, d’un durcissement des conditions de crédit, mais bien d’une diminution considérable de la demande », a expliqué Christine Lagarde. La ministre de l’Economie s’est montré également contente du recul des taux de prêt, une baisse qui se poursuit depuis deux mois.